mardi 30 juin 2015

Qui vient ? : Les douces laines de Fée des mailles et Lilou Colours


En 2011 et 2013, Fée des Mailles était déjà présente au festival. En 2015, Elle sera de nouveau présente et partagera son stand avec Ingrid des laines Lilou.

Ingrid, Fée des Mailles, pouvez vous nous raconter votre histoire, ce qui vous a amené dans l'univers de la laine?



 
Ingrid : Un hasard ! J’ai renoncé il y a quelques années à ma carrière, pour cause de santé et de famille. Je me suis lancée dans le tissage, avec l'envie de créer une entreprise sociale/équitable au Cambodge en 2008. Cela n'a pas pu se faire pour de nombreuses raisons principalement administratives, mais j'ai continué à apprendre et à chercher à me perfectionner dans ce domaine. Ne trouvant pas les couleurs correspondant à mes idées dans les fils de soie que je voulais utiliser, je me suis lancée dans la teinture.

Très peu de temps après, la teinture a pris le devant, et j’y ai trouvé un vrai bonheur. Le tricot a naturellement suivi, car comme le tissage c'est une technique qui permet de jouer avec les couleurs. La boutique qui ne vendait que quelques écheveaux par-ci par-la, a grandit petit à petit. 


Fée des Mailles : Il y a quelques années, j'ai eu quelques soucis de santé et professionnels. J'avais besoin de m'occuper les doigts alors j'ai voulu reprendre le tricot. Or, à ce moment-là, il m'a été difficile de trouver une boutique de belles laines à Paris ! Cela peut paraître bizarre, d'autant plus que depuis, ces boutiques poussent comme des champignons (et c'est tant mieux !). Et comme je me suis retrouvée dans une logique de reconversion professionnelle, j'ai commencé à réfléchir à ce sujet. Du coup, avec le développement du web, j'ai décidé d'ouvrir une petite boutique en ligne. C'était il y a 5 ans, elle existe encore aujourd'hui, et j'en suis ravie !
 

Fée des Mailles, tu sélectionnes soigneusement de nombreuses qualités de laine quels sont les critères qui t’amènes à choisir l'une plus que l'autre?

Il y a eu une évolution sur ces 5 dernières années. Au début, les laines que je sélectionnais contenaient un peu d'acrylique. Je ne me différenciais pas vraiment des autres boutiques même si je sélectionnais rigoureusement mes laines. Depuis je me suis orientée vers des laines  qui sont de bonne qualité mais sans acrylique et qui sont parfois difficiles à trouver en France.
Je cherche donc des laines ne contenant que des matières naturelles, sachant que j'ai une prédilection pour les fibres animales comme l'alpaga ou le cachemire. Des fournisseurs sérieux et solides, tant pour le suivi des gammes, que pour leur délai de livraison, et les matières utilisées et si possible européens. Et enfin des marques dont les publications de modèles sont facilement accessibles chez les marchands de journaux, ce qui en facilite l'accès pour tout le monde.
Je distribue notamment les laines Katia, Lana Grossa, Adriafil et Louisa Harding.
 


Ingrid, tu créés des couleurs magnifiques sur des laines somptueuses? Comment trouves tu ton inspiration?

Lorsque j'apprenais à tisser, mon professeur me disais que j'étais plus teinturière que tisserande car j'étais passionnée par les interactions des couleurs les unes avec les autres. Je ne sais pas passer à coté d’une plaque rouillée, d’une écorce d’arbre ou d’un bloc de granite sans y regarder de plus près. J’adore aussi les plumages, la flore, les paysages, bref, tout ce qui nous entoure.
Parfois c’est un petit coup de folie, des couleurs qui me trottent dans la tête, et lorsque je teins je me laisse porter, emporter par ce qui se dessine sous mes yeux.
Personnellement ,j'aime beaucoup les tonalités de bleu, bleu gris, gris vert, marron. J'aime superposer les couleurs sur un même écheveau pour lui donner de la profondeur. Il y a beaucoup d'improvisation parfois. Mais je suis également frustrée car il est parfois impossible de reproduire les beautés de la nature, mais la teinture c'est toujours une surprise. Elle peut être bonne ou mauvaise.



Fée des Mailles, Ingrid, qu'est ce qui vous attire dans le festival du lot et la laine?

Fée des Mailles : Personnellement, je viens à ce festival depuis sa première édition. Ce qui m'attire ? La convivialité du lieu et des gens, l'ambiance, la créativité permanente, la variété de ce qui est proposé. Tous les domaines du circuit de la laine sont abordés. J'y ai appris plein de trucs qui me servent chaque jour au quotidien. Sans oublier toutes ces rencontres : des gens de partout, tous tout aussi formidables les uns que les autres.  Et l'écomusée est un cadre magnifique. Bref, j'adooooooooore.
Et puis les précédentes éditions m'ont permis de tisser des liens forts avec des personnes que j'ai toujours plaisir à retrouver que ce soit lors du festival, ou lors des rencontres parisiennes qui s'organisent de temps en temps.

Ingrid : J'ai participé cette année à un très gros salon, où je n'ai pas beaucoup aimé l'ambiance et où il était difficile de se retrouver en toute convivialité tous ensemble sauf avec les copines de Ravelry.
Au "Lot et la laine" je sais que ce sera différent. J’aime beaucoup l’idée d’un festival convivial, ou l’on peut se rencontrer, discuter, et partager nos dépendances laineuses!
Pour moi, c’est aussi l’occasion d’enfin rencontrer beaucoup de monde que je connais sur Ravelry, mais dont je ne connais que le "Ravatar"! Et ce sera aussi l'occasion de le faire dans un cadre magnifique et apaisé.
En bonus, j’adore l’idée de pouvoir y amener ma petite, sachant qu’elle va elle aussi, pouvoir découvrir des tas de choses.


Qu'allez vous l'une et l'autre proposer aux visiteurs pour cette édition?

Ingrid : J’amène un grand choix de bases (mérinos, alpaga, soie...) et de couleurs, afin que tout le monde puisse y trouver son petit plaisir, le plus dur actuellement c'est de faire des choix. Ma fille me réclame du bleu, il y aura du bleu. Et puis je n'ai pas su me retenir, il y aura donc de nouvelles couleurs inédites
Je pense que la voiture va être pleine. On va peut être installer ma fille sur le toit pour le voyage car j'ai du mal à arrêter mes choix.



Fée des Mailles : Je vais présenter mes plus beaux fils (mohair et soie, cachemire et alpaga, lace mérino, de la laine à feutrer, etc......) des marques Lana Grossa, Adriafil et Louisa Harding. J'ai envie de donner des idées aux tricoteuses "addict" pour s'approprier ces matières.
Je vais également proposer un ou deux tutos personnels à réaliser avec mes fils. Et j'aurai également le plaisir d'animer un atelier sur les finitions au tricot « Comment faire des coutures invisibles ou agréablement visibles ».
 D'ailleurs, à ce sujet il reste des places.



Pour de vrai vous ne vous connaissez pas , si ce n'est par l'échange de mail, comment voyez vous votre lot et la laine sur votre stand ?

On ne se connaît pas en vrai, mais on a beaucoup échangé par mail. Et on a toutes les deux très envie de vraiment profiter pleinement du festival, que ce soit dans l'échange et le partage avec les festivalièr(e)s, mais aussi dans la découverte du festival, des stages pour nous. L'entraide et le partage sera donc aussi de mise entre nous. Et puis il y aura également Christelle Nihoul (Christal Little K design) qui viendra aider sur le stand.

Fée des mailles : site 
Lilou Colours : site etsy

samedi 27 juin 2015

Qui vient ? : Les laines filées de la Roulotte de laine

Bonjour Christine, vous êtes la créatrice de l'entreprise « la roulotte des laines », parlez nous un peu de vous :

La roulotte des laines est une entreprise de création textile qui a 4 ans à peine, elle et moi évoluons de jour en jour ensemble. Depuis toujours, j’aime jouer avec la fibre et les couleurs, mais la passion s’est vraiment déclarée suite à la rencontre avec de la laine de chameau et du duvet de yak..



Quels sont les produits que vous présentez habituellement ?

Je suis un peu touche à tout, je pars toujours de la fibre, voir même de la toison, que je prend plaisir à teindre. J’utilise des teintures chimiques, mais j’ai aussi une formation en teintures végétales. Une fois la teinture faite, je file mes fibres au rouet, puis soit je les tisses, soit je les tricotes, soit je les feutres. J’aime beaucoup mélanger les techniques dans un seul ouvrage. Je vends aussi des kits à tricoter.



Où êtes vous située ?

J’habite à Oyonnax, près de la frontière suisse, c’est un coin de la France très agréable. J’organise très régulièrement des « trico-thé » à l’atelier mais je fais aussi des animations dans les écoles, les maisons de retraites, des salons bio, des salons de métier d’art. J’y présente et y vends mes créations. Je suis aussi membre active de nombreuses associations d’artisans dans ma région. J’organise des stages de teintures et de filage.

Avez vous des projets en cours ou en devenir ?

Je suis en constante recherche d’idées pour mes créations, je pense sérieusement à des mélanges tels que le cuir et la laine, la soie et la pierre, le bois et le tissage. J’ai très envie de faire du tissage de décoration écologique. Je suis très portée sur l’éco-création. C’est le maitre mot de mon travail et de mes ambitions à venir.


Je suis très présente sur les salons, vous pouvez me retrouver tout au long de l’année un peu partout en France, et je suis ravie de participer pour la seconde fois au festival le lot et la laine.

....et pour découvrir mes créations avant le festival : site internet



mercredi 24 juin 2015

Un vélo + un crochet ? = les exposantes Bicyclaine et crochet n°5 !

- Bonjour, pouvez vous vous présenter en 2 mots ? Est ce la première fois que vous participez au Lot et la Laine en tant qu'exposantes?

Bonjour ! moi c'est Elise, alias Lenastclair sur Ravelry, ou encore Bicyclaine.  C'est la seconde fois que j'expose au Lot et la Laine.
Céline est Crochet numéro 5.



- C'est une super idée de marier tricot et vélo, et crochet et dinette! Quelles sont les créations qui vous représentent le mieux?

La création qui me représente le mieux est encore à venir! Je prépare un maillot de vélo rétro en tricot. J'ai l'ambition ultime de remettre la laine au goût du jour pour les vêtements de sport (c'est grave, docteur?) car je suis persuadée que c'est la matière la plus performante (protection contre le froid, évacuation de l'humidité, sensation de confort).



- Qu'est ce qui vous inspire en ce moment? (couleurs, matières, projets...)

En ce moment, je prépare un gros festival de vélo : Anjou Vélo Vintage, à Saumur les 13 et 14 juin. http://www.anjou-velo-vintage.com/fr/
C'est un week-end dédié au vélo et à la mode vintage, avec brocante, guinguette, concours de mode et parcours vélo (sans changement de vitesse au guidon; votre vélo doit dater d'avant 1987!).
Il y aura aussi un "village", autrement-dit un gros marché d'exposants, et je vais y présenter mes casques souples. C'est une innovation suisse, et la version hiver est recouverte...d'un bonnet de laine! http://www.bicyclaine.fr/mode-et-accessoires/19-ribcap-lenny-bonnet-de-protection-chaud-pour-le-velo-.html

Je suis aussi très inspirée par les couleurs vives, et mes laines portugaises Rosa Pomar me font dangereusement de l'oeil: où vais-je trouver le temps de leur faire un sort!
http://www.bicyclaine.fr/fibre-et-materiel/5-beiroa-laine-merinos-du-portugal-couleur-et-incrustation-de-noir.html



- Quelles autres ingénieuses inventions ou jolies matières pourrons nous trouver sur votre stand cet été au festival?

Sur le stand Bicyclaine, on trouvera de la laine et de l'alpaga anglais, du mérinos portugais, du coton finlandais, et des anneaux-marqueurs! Je participe au SWAP d'anneaux-marqueurs lancé pour l'occasion par Nacreline. Je trouve que c'est une super idée d'animation, pas compliquée et amusante. J'aurai aussi de la maroquinerie française, et notamment de magnifiques tabliers en cuir pour préparer la fibre et filer sans se salir les genoux.



Et peut-être que j'aurai enfin le temps de participer au SKAL mystère de la souriante et talentueuse Ambre Nid de Vigogne.

Vous pourrez suivre Elise sur Internet www.bicyclaine.fr et sur les marchés de Tulle, ainsi que sur des salons de la laine et des marchés de Noël.



mardi 23 juin 2015

Où camper ?

Savoir où l'on va poser ses baskets, c'est important !!

Nous rappelons à nos lecteurs que le site du festival est un musée départemental : il est donc impensable d'envisager y camper, même sur le parking !

Les solutions les plus économiques sont le camping municipal de Cabrerets et le mas de Nadal à Sauliac sur Célé : ce dernier propose diverses solutions d'hébergement, du camping à de superbes lodges...!

Www.masdenadal.com

Contact : lodges@masdenadal.com
0565312051

lundi 22 juin 2015

Claire des Bruyères, cardage, tissage, filage à la mode celte !


Une interview d'une exposante toute à tout, amoureuse de la jolie fibre !

Claire animera 2 ateliers lors du festival : un atelier sur la préparation des fibres avec un hackle (qui affiche complet!) et un atelier de tissage circulaire ! ... il reste 1 place pour l'atelier de tissage circulaire le samedi et quelques places le dimanche ! Plus de détails ici

Peux-tu te présenter et nous dévoiler le parcours qui t’as amenée à ton activité ?

Tout a commencé par des fêtes médiévales auxquelles je participais avec une troupe de reconstitution historique. J'ai pu y apprendre le tissage aux tablettes et ça a été le déclic ! Quelque chose de très fort s'est passé à ce moment-là : moi qui ne m'étais jamais considérée comme quelqu'un de créatif au sens classique du terme (dessin, peinture...), j'avais trouvé mon médium je crois ! J'ai donc continué à explorer différentes techniques anciennes, puis je me suis sentie un peu limitée et j'ai eu envie d'explorer des voies plus contemporaines et artistiques avec le tissage sur métier à peigne rigide (Knitters Loom, Rigid Heddle...). Puis j'ai eu envie de créer mes propres fils, et donc de me mettre à filer au fuseau puis au rouet... puis j'ai eu envie de préparer et mélanger mes fibres, et je me suis acheté une cardeuse, un hackle, une planche à mélanger, des peignes, de la teinture...
Je travaillais au début pour mes proches et moi-même, puis les commandes ont commencé à arriver. J'ai donc ouvert ma première boutique en ligne et participé à une première galerie ici, en Bretagne... Cela m'a donné confiance et j'ai continué : je travaille aujourd'hui au sein des ateliers de Louis à Brest, un collectif d'artistes et d'artisans. Nous partageons 300 m2 d'atelier et une galerie. C'est une expérience très enrichissante et inspirante ! Je suis très honorée d'y représenter les arts du fil au côté d'autres artisans.



Cardage, filage, tissage… tu as une activité très complète ! Comment organises-tu ton temps de travail pour réaliser tout ceci ?

J'ai la chance d'avoir de l'espace, tant chez moi que dans mon atelier, donc je ne perds pas de temps à sortir mes outils, tout ranger lorsque je dois m'arrêter, etc. J'essaye d'être aussi organisée que possible... Mais mon truc c'est qu'en fait, je n'arrête jamais ! J'ai toujours des projets en cours à différentes étapes d'avancement (teinture, préparation des fibres, tissage, tricot, crochet...) et selon l'envie et le temps dont je dispose, je passe de l'un à l'autre. J'ai aussi la chance d'avoir des outils nomades : métiers à tisser pliants (Knitters Loom d'Ashford et Dynamic Heddle de Majacraft) que je peux transporter quasiment partout, et rouet Little Gem de Majacraft.

Qu’est-ce qui donne son identité à ton travail ? Comment le définirais-tu ?

Mon imaginaire, je pense. Je suis très imprégnée des univers celtiques, féériques... et comme je vis au bord de l'océan, en Bretagne, cela influence énormément mon travail aussi : les couleurs, les lumières, les changements de temps permanents, la végétation, les saisons... Et les légendes bien sûr ! En fait, je nomme chacune de mes créations, que ce soit un mélange de fibres, un fil, un tissage... Toutes sont uniques et je souhaite qu'elles racontent une histoire et apportent un peu de magie à celui qui le reçoit.


Pour le cardage, peux-tu nous dire comment tu sélectionnes tes matières ? As-tu un outil favori (j’ai vu que tu étais très bien équipée…) ?

Je sélectionne des matières naturelles (à l'exception d'une touche de « kibrille » parfois pour réveiller un mélange.) dont je connais la provenance autant que possible. J'ai un coup de cœur particulier pour le Gotland, le Wensleydale, l'alpaga, le Blue Faced Leicester... et la soie. J'en mets partout, et beaucoup ! Je ne suis pas fan du mérinos par contre, sauf le Macomérinos bien sûr ! Je teins aussi mes fibres avec les teintures Greener Shades et je suis actuellement une formation à distance avec Natalie Redding à ce sujet. Mais j'adore mélanger les fibres, je préfère même le mélange à la teinture pour tout dire ! J'ai une cardeuse, un hackle, une planche à mélanger, une paire de peignes... Avec une prédilection pour les deux premiers.

Lorsque tu prépares une nappe, as-tu déjà en tête le résultat que tu souhaites obtenir ensuite lors du filage ou te laisses-tu guider par la matière ou la couleur ?

Je compose d'énormes palettes qui recouvrent une bonne partie de ma table, et je pioche dedans : je vois tout de suite ce qui m'attire l'œil, ce qui résonne, se complète, se réveille, ce que je vais laisser de côté... En fait, je commence avec une palette de couleurs et de matières aussi variée que possible, avec des fibres teintes par moi ou non, et je construis mon mélange au fur et à mesure. Je n'ai pas forcément en tête le résultat filé, j'essaye plutôt de jouer avec les qualités de chaque fibre (douceur, moelleux, gonflant, texture, brillance...) pour composer mon mélange et laisser parler mon imaginaire, les images ou les idées qui me viennent.

Et justement, tu vends certaines nappes mais tu en files d’autres… Comment choisis-tu celles que tu vas filer ?

Certaines me « parlent » très fortement et je les prépare vraiment pour un projet que j'ai en tête. Je vois l'histoire que je peux filer et tisser avec.
J'aime aussi beaucoup filer et tisser avec des fibres préparées et teintes par d'autres, j'ai ainsi davantage de surprises que si je les ai préparées moi-même.
Finalement, quand j'y réfléchis, je garde mes nappes si j'ai vraiment une idée derrière la tête, sinon je les créé en sachant qu'elles vont aller vers d'autres fileuses et j'aime beaucoup cette idée aussi.

Sur ton site, on peut voir que tu utilises le rouet et le fuseau pour filer. Comment choisis-tu l’outil qui te semble le mieux convenir ?

Je file une énorme majorité de mes fibres au rouet, mais je reste néanmoins très attachée à mes fuseaux... C'est un objet si simple et beau, tellement efficace et ingénieux, si ancien... J'aime filer très fin au fuseau, prendre le temps de filer des petits fils précieux pour des projets particuliers qui ne nécessitent pas de grands métrages.

Beaucoup de fileuses étant passé au rouet ne reviennent jamais au fuseau. Comment expliques-tu que tu continues de filer au fuseau ?

J'adore filer au rouet pour les sensations que cela procure, la plus grande liberté des gestes et la rapidité par rapport au fuseau... Mais justement, quand la vie s'accélère, j'éprouve aussi le besoin d'aller à contre-courant en attrapant un joli fuseau et en prenant mon temps ! Ce sont donc des gestes et approches différents pour moi. J'aime aussi filer au fuseau en marchant et emmener mes projets encore plus facilement avec moi qu’avec mon rouet.

Quels types de fils préfères-tu réaliser ? Des fils fantaisie irréguliers ? Des fils ronds et réguliers ? Des fils dentelle ?

Tout ! Selon ce que m'inspire le mélange ou la fibre, vraiment tout, du plus irrégulier et dodu au plus fin possible puisque je me suis mise à filer des fils dentelle il y a quelques mois. Je suis convaincue qu'il ne faut pas se cantonner à un style ou une technique mais, au contraire, que plus on connaît la fibre, plus on maîtrise de techniques, plus on est libre d'exprimer sa créativité et d'amener la fibre à sa plus belle expression.

L’univers celtique semble être une source d’inspiration très forte pour toi. Est-ce ce qui t’a amenée au tissage ? Comment exprimes-tu ce goût pour le monde celte dans ton travail ?

Je ne suis pas arrivée au tissage par le monde celtique comme je le disais plus haut, mais plutôt par le monde médiéval. Par contre, c'est effectivement une source d'inspiration très forte. D'aussi loin que je me souvienne, j'ai toujours été fascinée par les paysages celtiques, par cette musique, cette mythologie, ces légendes... Ainsi que par la Scandinavie ou la nature et le monde sauvage en général. Tantôt c'est une légende, un personnage ou un paysage qui inspire une création, et tantôt une création une fois terminée me fait tellement penser à tel ou tel aspect que le nom devient évident !

Tu pratiques aussi bien le tissage « à plat » que le tissage circulaire. Peux-tu nous donner des exemples de réalisations avec les deux techniques ?

Voici quelques photos de tissages aussi bien classiques sur un métier à peigne rigide type Knitters Loom ou Rigid Heddle (écharpes Chrysocolle et Cascade), ou de tissages plus fantaisie sur le Dynamic Heddle de Majacraft (écharpes Océan et Vintage Bride).



Et enfin, des exemples de tissage circulaire, une technique que j'apprécie particulièrement tant je la trouve méditative, créative et relaxante... Elle est aussi parfaite pour marier les filés-mains, avec plein de petits fils précieux et de fins de fils... Encore une histoire de palettes !



Peux-tu nous expliquer comment tu choisis de tisser tel fil à plat et tel autre en circulaire ?

Je ne choisis pas ! Je fais souvent les deux ! Je commence souvent par un grand tissage, puis j'utilise toutes les petites fins de fils pour un tissage circulaire.


Au festival, pourrons-nous voir toute la gamme de tes réalisations ?

Oui, je vais emmener le plus de choses possible !

Tu animeras des ateliers (tissage circulaire et mélange de fibres) mais pourrons-nous aussi te voir travailler sur ton stand ?

Je pense oui, mais j'ai aussi bien conscience que ces deux jours vont passer très vite et j'ai aussi envie de passer du temps avec toutes les personnes que je vais rencontrer…

Merci Magalie pour la réalisation de l'interview

dimanche 21 juin 2015

Qui vient ? Ambre Danicour

Ou plutôt....

Qui revient ?

Nous connaissions déjà Ambre et ses tricots écolos (vous pouvez lire sa présentation de la précédente édition du Lot et la Laine ici), fidèle au festival depuis la première édition !

Quelques questions à Ambre, avant de la retrouver en vrai :








Comment ton tricot et ta démarche ont-ils évolué aujourd’hui ? Y a t il de nouveaux projets, d’autres en cours, des nouveautés ?

"Ma démarche reste la même, toujours bio et/ou écolo, mais  je me suis mise à teindre mes fils que je glane au gré de mes voyages en France, car j'ai maintenant un beau jardin, ce qui me permets de pouvoir les faire sécher à l'air libre, et çà évite les taches indélébiles sur la table de la cuisine;)
J'ai d'ailleurs quelques écheveaux que je mettrais en vente lors du festival, et qui viennent des moutons de Belle ile en mer, des écheveaux rares, il m'a fallu enfiler mon habit de "Miss Marple" pour les dénicher;)  D'autres écheveaux bretons, mais de Crozon cette fois ci, viendront compléter mon stand., ainsi que des patrons, dont le petit dernier, un châle "Ariette ».



Quelle a été ton expérience du festival il y a 2 ans ? Et qu’en attends tu aujourd’hui ? Que vas tu proposer cette fois ci ?

 Le festival "Lot et Laine" c'est ma Biennale à moi  , c'est mon petit plaisir, je n'ai pas forcément plein de choses à vendre, et je ne viens pas forcément pour çà, je viens surtout pour rencontrer d'autres passionnés, découvrir d'autres techniques de tricot, de teinture, pour échanger, papoter, discuter, rire, vivre des bons moments de détente! J'y suis depuis 2011, la première édition, et je ne le raterai pour rien au monde. Surtout que cette année, mon mari vient avec moi, et pour la première fois je vais pouvoir participer à un atelier de tissage circulaire, et je me réjouis d'avance de ce futur très bon moment."

samedi 20 juin 2015

Qui vient ? : Instant de Louise


En 2013, Louise crée son entreprise « Instants de Louise ». Dans la foulée, elle présente ses patrons « Bicolore » déclinés pour toute la famille. Elle est aussi lauréate du concours Abracadacraft et participe à son premier « Lot et la Laine ». Cette année encore, elle sera au rendez-vous lotois.

Qu'est ce qui c'est passé pour toi depuis 2013 et la dernière édition du Lot et la Laine ?

D'un point de vu personnel, il y a eu la naissance de mon deuxième enfant Oscar. Il a presque 1 an, et cela a beaucoup bousculé notre rythme de vie. Sa grande sœur est plus grande, mais aujourd'hui, il grandit aussi et je commence à m'organiser différemment et à retrouver mon rythme de croisière.
L'entreprise ne s'est pas arrêtée pour autant, je n'ai pas envie qu'elle s'arrête.
J'ai continué de créer des patrons de tricot et des accessoires pour les tricoteuses et développé des partenariats avec des boutiques de laines et des teinturiers indépendants pour la création de kits (patrons plus laine).



En 2015, où en es-tu ? Quels sont tes projets ?

Maintenant que mes enfants grandissent, j'ai plus de temps pour mon entreprise. Je continue de créer des patrons de tricot, des accessoires pour faciliter la vie des tricoteuses.
J'ai aussi envie de faire plus de festivals et de salons. C'est très important pour moi. Cela me permet de rencontrer dans la vraie vie, les personnes qui me suivent sur internet, qui achètent mes patrons et mes objets et avec qui j'échange très souvent via internet. Ces échanges « en vrai »m'apportent beaucoup.
En plus du Lot et la Laine cette année, je serais aussi présente à un festival pas très loin de chez moi dans les Vosges en septembre, Festi'Fibre (Ventron, 88) et je me renseigne pour le salon Créations et Savoir-Faire à Paris en novembre.




Vers quoi as-tu envie d'aller ?

Vers plus de temps.... Comme beaucoup j'ai beaucoup d'idées créatives, beaucoup d'envies, et malheureusement pas assez de temps avec des journées de 24 h seulement, une vie de famille...
J'ai découvert le feutre lors d'un stage chez une amie (Magali, de Rue du Muguet, qui sera elle aussi présente au Lot et la Laine) et j'aimerai continuer à explorer cet univers si passionnant.
J'ai également eu le plaisir de recevoir en cadeau un métier à tisser. Je commence juste à explorer cette nouvelle technique mais j'aime énormément. Les possibilités sont infinies.



As tu préparé des surprises pour cette édition du lot et la Laine ?

Bien sûr !!!
J'ai imaginé et cousu des sacs, pour transporter son tricot, son crochet ou sa broderie. Ils sont en cuir et tissus. Il s'agit d'un produit responsable, le cuir est tanné en France avec des produits sans métaux lourds. Le tissus est bio et issu du site « les trouvailles d'Amandine » et bien sur designé et cousu en France !!!.
Et puis j'ai également un nouveau patron tricot en partenariat avec les (Vi)laines qui sera présenté en exclusivité au festival. Il y aura donc des kits de (Vi)laines en vente sur mon stand.



Comment vois-tu ton futur? Toujours en tricot, ou as-tu envie de faire quelques incursions dans l'univers de la couture, des accessoires tricot ?

Le tricot restera mon futur mais le tissage offre des possibilités très intéressantes pour développer ma fibre artistique. J'aime surtout réaliser des décorations murales avec le métier à tisser que l'on m'a offert. Et puis le tissage permet d'explorer un monde de techniques différentes du tricot et cela m'attire.

Pour en savoir plus : son blog, son site


vendredi 19 juin 2015

Qui vient ? : Confiture à la Mure ou les tricots de Confiture ... un régal !!!


Un joli nom de scène pour une gourmande de tricot  ...




Comment a commencé ton histoire avec la laine?
J'avoue que je ne m'en souviens pas...
Je tricote et crochète et bidouille depuis que je suis toute petite. Avant même de savoir lire et écrire.
Ma tante et mes grand-mères avaient toujours un ouvrage dans les mains, comme je n'ai aucune personnalité, j'ai voulu faire pareil !
Alors j'ai tricoté/crocheté pour mes barbies (qui étaient très indulgentes), puis pour toute la famille (avec plus ou moins de bonheur !)


Quest ce qui tinspire pour créer tes modèles?
Cette question est rigolote, j'en parlais avec des copines créas il y a peu et la réponse est claire : "je ne sais pas". J'ai l'impression que c'est pas moi qui décide ! Je pars toujours avec une idée très précise : je veux faire une étole en dentelle, par exemple, et je me retrouve avec une panière au point étoile ! (bon j'exagère, mais dans l'idée, c'est un peu ça !)
Je suis vraiment admirative des gens qui arrivent à créer ce qu'ils ont imaginé. Chez moi, mes doigts et le fil prennent le dessus sur ma cervelle, il faut croire !


Tricot, crochetAs tu une technique favorite?
J'aime tout, selon les périodes, les moments de la journée. J'ai toujours plusieurs ouvrages en cours. Du tricot "détente", généralement un vêtement avec beaucoup de jersey ou de point mousse, qui ne nécessite aucune concentration et qui me laisse le temps de lire. Du tricot pour me vider la tête : un châle en dentelle, par exemple. On dit que le tricot est le nouveau yoga, c'est un peu ce qui se passe quand je fais de la dentelle, le fait de compter les jetés, les ssk, les mailles ensemble, ça m'apaise. C'est léger sur les aiguilles, on tricote de l'air. J'aime beaucoup.

Pour le crochet, c'est un peu différent. C'est plus précis j'ai l'impression. Je suis en train de faire le CAL Sophie's Universe, de Dedri Uys, et c'est magique. On joue avec les couleurs, avec les points. Cet ouvrage est reposant pour moi, il suffit de lire les explications et de les appliquer (une formule mathématique en gros !).
Mais jaime aussi énormément le crochet freeform. Ou plutôt, j'aime faire du freeform ! J'aime arranger les couleurs, arranger les points, on réfléchit sans arrêt à ce qui viendra ensuite, comment assortir des petits bouts pour en faire un ensemble cohérent. Mais bon, je dois avouer que si j'adore créer du freeform, sur un ouvrage fini, je préfère la rigueur et l'organisation du crochet traditionnel, ou tunisien, c'est plus carré, mieux rangé !


Mais ce que j'aime par dessus tout, c'est essayer des nouvelles techniques. Tourner les mailles dans un sens, dans l'autre, faire les torsades sans aiguille auxiliaire, relever les mailles avec un crochet, une aiguille, tester différents montages, la façon de tenir ses aiguilles... Tricot ou crochet, dès qu'une nouvelle méthode pointe le bout de son nez, il faut que j'essaie !

La seule chose qui me pose un vrai problème, c'est le jacquard. Au niveau de la tension du fil, ça tire trop ou ça gondole, et ça ne me satisfait jamais pleinement... Il faudrait que je m'exerce davantage !
 
Est ce la première fois que tu exposes au festival?
J'étais déjà venue pour l'édition de 2013, pour aider Sophie de Chat Pelote et Cie sur son stand.
J'avais adoré l'ambiance. Toute cette laine, toutes ces passionnées, cet endroit merveilleux en pleine campagne, c'était magique.
Il me tardait bien 2015 pour recommencer.
Ca arrive dans très bientôt, et c'est génial !



Quen attends tu?
Dans le désordre : retrouver les copines qui habitent aux quatre coins de la France, découvrir des nouveaux créateurs, pouvoir parler en vrai avec des passionnés qu'on ne croise que par le biais d'internet, mettre le museau dans des écheveaux tous plus beaux les uns que les autres... j'ai vraiment hâte !

Que partages tu avec Chat Pelote/ Sophie, avec qui tu exposeras?
On partage évidemment le goût de la laine, et le plaisir de se retrouver pour des expos ou des ateliers, malheureusement pas assez souvent !
Sophie m'a incitée à devenir auto entrepreneuse et me lancer comme une grande. Depuis, grâce à elle, j'ai développé ma petite entreprise, quelques modèles sont sortis en patrons (mais pas tous, j'en ai plein en stock qui attendent juste que je les gribouille...). Je suis devenue enseignante aussi. Elle m'a donné le courage de me lancer, et le courage de partager :)

Tu vas animer quatre ateliers pendant les festival, la transmission est ta passion?
Ah oui ! Quel plaisir d'enseigner et de partager des techniques et des astuces glanées au fil des ans !
Apprendre à tricoter/crocheter/coudre à des enfants ou à des adultes, je trouve ça passionnant. Devoir trouver la méthode et les mots pour que la personne comprenne, qu'elle prenne courage et confiance, pour ensuite pouvoir se débrouiller toute seule et créer, fabriquer des trucs, c'est fascinant. J'adore ces premiers moments avec les élèves débutants, lorsqu'ils savent à peine tenir les aiguilles au début du cours, et au bout d'une heure, ils sont capables de faire leurs premiers rangs.

 

Pour en savoir plus sur les Tricots de Confiture en attendant le festival :

Son blog:

Son compte Instagram:

Son compte Ravelry:

jeudi 18 juin 2015

Etoiles filantes et laines filées


Dominique et ses "Etoiles Filantes" reviennent dans le Lot avec les laines filées, les nappes texturées et fibres teintes dans un petit atelier du sud de la France, son jardin secret et ses rêves en couleurs ! Dominique se présente, pour ceux qui ne la connaissent pas encore : 



"La couleur fait partie de ma vie... Tout est parti un jour d'un saut à pieds joints, les yeux fermés,  dans une magnifique flaque colorée et...depuis je saute de flaques en marmites en casseroles... pfffff on m'avait pas dit que je perdrais la tête, dans ce monde à part, ce tourbillon de couleurs, au milieu de mes énormes ballots de douces boucles colorées et flamboyantes, de ces grands bacs débordants de fibres incroyablement douces ...bébé alpaga, mohair, angora, maco mérinos... et bien d'autres, à ne plus savoir ou poser les yeux dans cet atelier ! une véritable addiction !

Mon inspiration sort tout droit de mon sud avec ses odeurs, ses parfums, ses saisons , cette douce lumière... Munie de mon troisième oeil - mon appareil photo -, je déniche mes palettes colorées et déclinaisons, dans la nature , le monde qui m'entoure , dans les regards , les rencontres !!! Le cardage et le filage sont l'aboutissement de cette recherche, cette quête effrénée de la couleur ; ils clôturent cette aventure, ils transforment la couleur, la font se méler, se fondre et onduler. La création d'un fil est devenu, de façon évidente pour moi, un moyen d'expression.... de dire mes émotions artistiques , visuelles. A travers mes fils  je donne aux regards, je file et raconte des petites histoires, des images intérieures, mes émotions ...
Alors... Je viens de nouveau dans ce festival du Lot et la Laine, pour l'ambiance conviviale, pour la chaleur des rencontres, pour partager nos expériences,  prendre le temps de vous écouter ...



A très vite au festival, au plaisir de revoir Dominique ! 

mercredi 17 juin 2015

Des nouvelles de Anne-France Poillion, éleveuse de brebis Bizet

Présentation de Anne France Poillion, eleveuse, feutrière ... 





Cette année nous retrouverons comme en 2013 Anne-France Poillion, éleveuse locale de brebis Bizet dont elle amènera 2 mâles. Vous pouvez retrouver sa précédente présentation ici :  http://lotetlaine.blogspot.fr/2013/07/anne-france-poillion-une-aventure.html

 Anne-France sera présente avec de nombreux articles issus des fibres de son troupeau : fil à tricoter, nappes cardées, et peut-être des vêtements de feutre.
 Nouveauté par rapport à l’édition précédente, son plus gros fil est désormais disponible en 3 teintes : bleu canard, rouge bordeaux et vert profond… qui se marient très bien avec les fils non teintées qu’elle propose habituellement.
 Frédéric, le paysan des couleurs, a également pour projet d’associer ses tissus imprimés et le feutre issu de son troupeau. Toutes les créations présentées sur son stand (feutre, tricots…) sont toujours des pièces uniques.


 Le troupeau quant à lui se porte bien et s’agrandit doucement avec actuellement une soixantaine de bêtes, donc une trentaine de mères. Anne-France poursuit également les animations nature.

 Par rapport à l’édition précédente, Anne-France a le sentiment que le festival l’a vraiment aidée à se faire connaître et reconnaître auprès d’un public de connaisseurs, confrères et fileuses / tricoteuses, qui apprécie une laine de caractère. Elle va d’ailleurs très prochainement rejoindre l’association Cap Laine !
 http://caplaine.fr
 Elle espère que cette édition 2015 saura également toucher un public local.

A très bientôt donc !




mardi 16 juin 2015

Nature et Laine, fidèles au rendez-vous

Ils ont été là dès le début : Danièle et Jacques Brouste, de Nature et Laine !

Pour ceux qui sont toujours pressés par les cadeaux de Noël qu'on a toujours envie mais jamais le temps de tricoter... il proposent des objets originaux en laine, confectionnés dans leur atelier dans les Landes.

Lisez leur interview pour l'édition 2011 ici, et n'hésitez pas à aller jeter un coup d'oeil à leur site : Nature et Laine !

lundi 15 juin 2015

Une revenante très free(form) : Christine Leconte


Tout d'abord peux tu te présenter en quelques mots et expliquer l'origine de ton intérêt pour les arts de la laine?
Bonjour, j'habite dans la Sarthe et je crée des vêtements en crochet libre ou freeform depuis 2009.

Après quelques années de passion pour le textile et le patchwork plus particulièrement, de peinture, de mosaïque, je recherchais un autre support qui puisse s'y ajouter. J'ai ainsi découvert le freeform de Héloise Gosse (http://freecolors.over-blog.com/ ) et son tout premier pull qu'elle a refusé de me vendre tout en me disant d'en faire un moi même. C’est ce que j'ai fait et tout est parti de là : ce fut une révélation. Les laines et les fibres me permettaient de "peindre" des formes.

Comment en es tu venue à la création de pièces en crochet freeform?
C'est venu naturellement. Avant de faire du crochet, je faisais pour le plaisir des vestes en patchwork car je trouvais peu de vestes et manteaux dans le commerce qui me plaisent. J'aime les assemblages et  l'idée de créer un vêtement qui reflète la personnalité de celle qui le porte.

Et comment en es tu venue au filage?
Le filage fut une curiosité à assouvir. Le plaisir de créer ses propres textures, le plaisir de créer son propre fil. Et c'est devenu une addiction au même titre que le crochet freeform. Je ne vends pas mes filages mais je les utilise dans mes créations.

Quelles sont tes sources d'inspiration?

J'ai peu de sources d'inspiration, mes créations sont très personnelles. Peut-être le scrapbooking, la technique du mixed media, une image dans sa globalité, la forme des nuages, une tache sur un trottoir, un mur usé par le temps.

Tes matériaux et techniques favoris?
Comme matière première je préfère la laine filée au rouet, l'alpaga, la soie et le mohair. Je n'aime pas l'acrylique sauf pour les couleurs fluos.

D’un point de vue technique j’utilise beaucoup le point bullion. D'ailleurs je vous l'apprendrais au Festival au cours d’un atelier d’initiation au crochet freeform.

As tu des couleurs de prédilection?
J'aime travailler avec presque toutes les couleurs, j’aime les contrastes ou bien au contraire les monochromes, mais ni le kaki, ni le marron.

Quelles types de pièces préfères tu créer ?
Je n'ai pas de préférences, la plupart de mes créations de vêtements sont des commandes. Sauf mes trois premiers pulls, les écharpes, les cols et certains sacs. Par contre les bijoux sont faits au feeling et souvent lorsque je traverse un passage émotionnel "difficile".

Mes créations ne sont visibles que sur internet, sur mon site et sur mon blog ou bien chez moi si une personne souhaite les voir, et bien sûr en juillet au Festival !

Y a t il des évolutions dans ton travail ?
Oui, j’ai l’impression, je découvre de nouvelles techniques qui viennent enrichir mes créations : actuellement j’apprends le tricot (juste les points simples), le feutrage et aussi le tissage. J'ai intégré des morceaux de feutrage dans des pièces de crochet freeform et pense faire la même chose avec le tissage. Dans le monde des fibres l'imaginaire est finalement notre seul frein.




http://christineleconte.canalblog.com/ - http://christine-leconte.com/

jeudi 4 juin 2015

Qui vient ? : Rue du Muguet : du feutre, de la laine, tout un poême ...


Bonjour Magali, comment a commencé ton histoire avec la laine?
Jai toujours été dans le textile et les matières, la laine n’était donc pas inconnue. Cependant, un jour jai rencontré une adorable feutrière talentueuse qui ma initié sommairement à son savoir faire. Ce fut pour moi une découverte sans nom. Finalement, la découverte de la laine mèche eut raison de moi.
Cest quelques années plus tard que jai vraiment commencé à la travailler sous toutes ses formes. Nous avons acheté une maison avec un peu de terrain et les moutons sont vite venus occuper lespace. Il a fallu sinitier cette fois à la tonte, le lavage, le cardage à la main.
La laine est plus quune fibre textile pour moi, elle symbolise un cycle étonnant, un don de la nature magique et une source inépuisable en terme de création.




Tu crées des objets poétiques et décoratifs, quest ce qui tinspire?
Il me semble que ce sont des idées grapillées ici et là que jai besoin de matérialiser à un moment précis. Je me laisse porter par les textures, les formes épurées mais aussi les saisons, ce que je vois ou vis ... Jaime réaliser des mobiles, voir les objets se laisser porter par le vent. 

Comment en es tu venue à la teinture végétale? Quapporte-t-elle ?
Je faisais beaucoup de teintures et sérigraphie à base de pigments synthétiques. Dans cette nouvelle maison et son grand jardin, il y avait un tas de mauvaises herbes ou déchets de végétaux que je mettais au compost. Mon homme sest mis à faire des vins par fermentation de fruits, je lai donc suivi avec les végétaux. 
Jai combiné tout un tas de techniques, fait des expériences à chaud, à froid et fait mon éducation. Jai également adopté la teinture à base dextraits et impression directe de végétaux. 
La nature regorge de couleurs, plus étonnantes les unes que les autres, elles se marient toute ensemble comme par magie.
Je nai cependant pas abandonné les teintures synthétiques qui me permettent de recycler des matériaux et textiles à labandon. Jaime également colorer des rubans de laine pour le filage.


Quels sont tes matériaux de prédilection?
Incontestablement les fibres protéiniques sous toutes leurs formes. La laine et la soie sont dune douceur extrême et reçoivent la couleur dune façon si naturelle ...
Sans oublier le coton, le lin et le cuir qui me permettent dautres explorations. Je convoite la céramique en espérant bientôt trouver le temps de minitier.

Apportes tu une attention particulière à la provenance des fibres? Quelles sont tes favorites?
Oui, de plus en plus. Cependant, il est particulièrement difficile de la connaître quand il sagit de gros fournisseurs. Certains par exemple se revendiquent fournisseurs français mais seule la transformation est française (textiles, fibres). Il est intéressant de pouvoir acheter directement auprès des producteurs. 
Jaime les fibres douces, quelques fois brillantes. Grâce au concours «avec 100g de laine» jai découvert une laine locale, rustique avec laquelle jai fabriqué une pièce. Finalement, je me suis surprise à apprécier son utilisation et surtout le rendu après filage ou feutrage.



Est ce la première fois que tu exposes au festival, et si oui, quen attends tu?
Oui, première fois pour moi. Jespère y passer un week end chargé en discussions  et rencontres passionnées dans un lieu magnifique, cest bien cela non ? ;)

Tu vas animer des ateliers sur le feutre pendant les festival, quelle est la place de la transmission dans ton travail?
La technique du feutre de laine (à leau) est assez méconnue. Partager des moments autour de lapprentissage permet de faire redécouvrir des techniques anciennes et de comprendre les propriétés de la fibre. Il sagit également de rencontrer lautre, le guider dans ses gestes et ses envies, je trouve cela passionnant.

Pour en savoir plus sur Rue du Muguet en attendant le festival:
Son site internet (avec de très belles photos) :
Facebook:
Instagram:
http://instagram.com/ruedumuguet